Ets Bruno RICHARD Les Artisans du Végétal Plantes Fleurs Arbres Potager Jardin
Conseils Vidéo > Comment lutter et traiter les chenilles processionnaires du pin ?

Comment lutter et traiter les chenilles processionnaires du pin ?

Jean Yves Meignen, artisan du végétal et jardinier de l’abbaye de Valsaintes (04), nous explique comment lutter naturellement contre la chenille processionnaire du pin ?

La chenille processionnaire est la larve d'un petit papillon de nuit, le Thaumetopoea pityocampa.
Le papillon éclos durant l’été entre juin et septembre. Il pond ensuite ses œufs par paquets de 150 à 300 sur les rameaux ou les aiguilles des diverses espèces de pin. 

L’éclosion des larves a lieu cinq à six semaines après la ponte. Elle donne naissance à des chenilles.

Progressivement ces petites chenilles tissent des pré-nid ou elles passent la journée. Elles vivent alors en colonies de plusieurs centaines de chenilles. En automne les chenilles migrent vers les extrémités des pousses hautes des pins ou elles forment un nid volumineux pour passer l’hiver. 

Elles en sortent la nuit pour s’alimenter des aiguilles, se déplaçant en « procession » suivant un fil de soie qui leur permet de rentrer au nid.

Grâce aux rayonnements solaires, la température à l’intérieur du nid peut être supérieure de plusieurs degrés à la température ambiante.

Au printemps, (mi février à la mi avril ) les chenilles en procession conduite par une femelle, quitte l'arbre pour aller s'enfouir dans le sol. Chacune des chenilles va tisser son cocon pour démarrer son processus de transformation en chrysalide puis en papillon après une durée pouvant s’étaler de quelques mois à plusieurs années.

Les chrysalides transformées en papillon sortent de terre. Le cycle peut alors reprendre par accouplement de la femelle et du mâle.

Les processionnaires du pin sont brunes avec des tâches orangées. Recouvertes de poils, leur pouvoir urticant provient d'une fine poussière qui se détache de plaques situées sur le dos et la partie postérieure de la chenille.

Elles sont dangereuses uniquement si un enfant ou un animal domestiques les touchent lorsqu'elles descendent des pins. Car en effet il est très rare que les aiguilles d'un pin soient complètement dévorées au risque de le faire dépérir.

Les méthodes de biocontrôle ou de lutte biologique pour juguler une invasion trop importante de chenilles processionnaires sont :

  • La pose de nichoir à mésange qui est le premier prédateur de cette chenille processionnaire.
  • L'élimination physique des nids pendant l'hiver que l'on prendra soin de déposer dans un endroit inaccessible des enfants et des animaux domestiques afin de nourrir nos amis les oiseaux.
  • Le piégeage par la pose de collier autour des troncs des arbres afin de récupérer ces chenilles lors de leur descente en procession. La pose du piège est à réaliser entre le 15 février et le 15 avril selon les régions.
  • Et, en dernier recours, en cas de fort dégâts sur vos pins et conifères vous pouvez utiliser un insecticide biologique le Bacillus Thurengiensis mais attention car ce produit élimine toutes les sortes de chenilles. Les périodes de traitement favorables sont les mois de septembre, octobre et novembre. 
On doit avant tout chercher à maîtriser les population de ravageurs, viser un équilibre biologique et utiliser au maximum des mécanismes naturels,... c'est ça le principe du biocontrole


Retour à la liste

Notre exploitation est située à proximité de : 24230 Bonneville-et-St-Avit-de-Fumadières, 24230 Lamothe-Montravel, 24230 Montazeau, 24230 Montcaret, 24230 St-Michel-de-Montaigne, 24230 St-Seurin-de-Prats, 24230 St-Vivien, 24230 Vélines, 24610 Carsac-de-Gurson, 24610 Minzac, 24610 Montpeyroux, 24700 Moulin-Neuf, 24610 St-Martin-de-Gurson, 24610 Villefranche-de-Lonchat, 24700 Le Pizou, 24700 Ménesplet, 33350 Mérignas, 33350 Ruch, 33760 Bellefond, 33420 Branne, 33420 Cabara, 33420 Daignac, 33420 Espiet, 33420 Génissac, 33420 Grézillac, 33420 Guillac, 33420 Jugazan, 33420 Lugaignac, 33420 Moulon, 33420 Naujan-et-Postiac